Vidéo

Une île dans l’océan indien – Mauritius

L’île Maurice, comme on l’appelle en français, est pourtant bien un pays autonome et unique.

C’est à l’occasion d’une réunion entre entrepreneurs du web auquel je fut gracieusement invité, le mastermind de Cedric Annicette, que j’eu l’opportunité de découvrir ce petit coin de sable et de montagne. Un petit séjour « vacances » donc, pas comme à mon habitude des longues escapades vagabondes, mais néanmoins vraiment intéressant pour découvrir ce pays méconnu, posé au large de Madagascar.

Plutôt que des mots, place aux images, avec ce résumé vidéo monté à partir d’instants capturés simplement grâce à mon smartphone. Ce fut assez amusant de faire ce petit vlog, et de partager un peu de ce pays mélangé de cultures orientale, africaine, et occidentale.

Deux semaines intenses par les activités, reposantes par le soleil, le sable fin et la cuisine locale, « avec piment », comme disent les mauriciens, qui pour accompagner, dégustent un verre de rhum arrangé mangue, kiwi, ou autre fruit exotique qu’on trouve tout autour de l’île.

Si l’occasion vous y emmène, pensez à quitter les plages et la côte, en général bordée d’hôtel magnifique mais aussi quelques peu aseptisés, pour plonger au coeur des marchés enivrant et des échoppes de « roti chaud », samossas, glaces coco, et autres « riz frites » pour gouter aux vrais saveurs de Maurice, et à ses influences diverses, témoignages des nombreuses migrations de population qui l’ont façonné.

Publicités

L’Odyssée.

Jeudi 19 février 2015, 12h : Je quitte ma chambre d’hôtel à Bangkok.
Samedi 21 février, 9h : J’arrive dans la ville de Stuttgart, petite étape avant le retour en France.
Que s’est-il passé entre-temps ? Mystère ? Non pas vraiment, ce fut un long voyage, en plusieurs étapes et plusieurs escales. Un voyage retour intéressant, comme si je ne voulais pas rentrer trop vite. Presque 48h sans réelle nuit de sommeil, uniquement des siestes bien réparties. Un voyage retour intéressant, donc. En voici le détail :

Mon avion pour quitter l’Asie m’attend à 1h45 le 20 février, et donc je commence par une longue soirée d’attente à l’aéroport. Non sans nostalgie, je prend mon dernier repas thaïlandais, puis me trouve un fauteuil confortable pour y passer quelques heures. Nous embarquons à l’heure, mais l’avion ne décolle finalement que 2h plus tard.
10h de vols, avec une vue imprenable sur l’Himalaya, et le soleil qui, infailliblement, nous rattrape alors que nous essayons de remonter les fuseaux horaires.

Atterrissage à Kiev, capitale à l’abris des évènements de l’est du pays, mais tout de même bien gardée, même au sein de l’aéroport. Mes quatre heures passées dans le terminal sont calmes, et me permettent de recharger mon téléphone portable, dont je vais avoir bien besoin pour la suite.
A 14h, j’embarque à nouveau avec l’Ukrainian International Airways pour un vol à travers les paysages enneigés de l’Europe de l’est. Atterrissage à Varsovie en fin d’après midi que je retrouve après presque 5 mois complet. La température a chuté, mais je retrouve mes marques à travers les lignes de métro pour atteindre la gare principale. Juste le temps de manger sur le pouce, puis départ du train de nuit.

Je ne sais plus quel jour je suis, à cause du décalage horaire, mais cette nuit là, je traverse la Pologne d’est en ouest, puis l’Allemagne également, change de train à Dortmund vers 5h du matin, puis arrive à Stuttgart en fin de matinée. Ouf !

Quelques jours à Stuttgart en compagnie de Baptiste, qui m’accueil chez lui, et ça sera le retour en France, cette fois ci.

Le 23 février au petit matin, au terminus Eurolines, me voilà à Paris. Fin de l’histoire… Mais il y en aura bien d’autres…

 

Indonésie – Yogyakarta, Malang et Bali

Après Cirebon, nous arrivons à Yogyagarta, ville très touristique de Java, et pour cause, il y a une foule de choses à voir aux alentours. Nous sommes logés chez Anez, artiste local, dans sa maison qui sert à la fois de chambre d’hôte et d’atelier.

La ville est très pittoresque, et il est agréable d’y passer quelques jours pour visiter entre autre le marché aux oiseaux (où on trouve en fait bien plus que juste des oiseaux), le palais d’eau, les temples hindoues de Prambanan.

Petite intermède escapade de 2 jours avec l’ascension d’un volcan, le mont Mérapi, rien que ça. L’ascension commence à minuit, pour arriver en haut au lever du soleil, et le spectacle en vaut vraiment la sueur.

Pour finir sur l’île de Java, nous fêtons Noël dans un restaurant à Malang, et le 25 au alentours de 10h, nous partons en mini-bus vers Bali, pour une grosse semaine entre farniente et visites.

Le 6 janvier, c’est la fin de ce mois en Indonésie qui arrive et le retour à Bangkok, avec un petit détour de deux jours à Singapour pour y revoir des amis au passage.

repos à Yogyakarta

poussins colorés

Palais d'eau Yogyakarta

 

Prembanan vu d'un autre angle

Temple Prembanan

Lever de soleil Borobudur

Borobudur

Borobudur

Ascension Merapi

Lever de soleil mont Bromo

Expedition mont Bromo

Parking mont Bromo

Sur le mont Bromo

Cratère mont Bromo

Vue mont Bromo

Bali - Lovina Beach

plage paradisiaque Bali

 

 

Indonésie – Jakarta, Bogor, Bandung et Cirebon

billets

Départ pour l’Indonésie le 9 décembre 2014 en compagnie d’Emma, avec au programme un mois complet, de Jakarta à Bali, en traversant l’intégralité de Java.

Depuis Bangkok, et après une escale de quelques heures à l’aéroport de Kuala Lumpur, la compagnie low cost Air Asia nous fait finalement atterrir vers 17h à Jakarta, capitale indonésienne et plus grande ville de l’île de Java. La circulation est dense (comprendre embouteillée…), et les chauffeurs de taxis, tuk-tuks, bekaks, et autres moyens de transports locaux se ruent sur nous pour nous proposer leurs services avant même que nous n’ayons pris le temps de savoir où se trouve notre hotel. Le lendemain, balade dans la ville et quelques heures passés au milieu des bouchons (ça ne s’arrête jamais !), puis nous prenons un bus pour rejoindre Bogor, ville en périphérie de la capitale.

 

Première confrontation avec un clan de singes, aux abords d’un petit lac. Ces derniers cherchant simplement de la nourriture, sont prêts à attraper tout ce qui dépasse, ou même fouiller dans les poches. Attention à tout planquer, et éviter d’avoir des boites de gateaux sur soi. Oui, ils mangent des bananes, mais je crois qu’ils préfèrent les nouilles instantanées !

Les paysages dans toute cette partie de Java sont grandioses, avec des rizières en escaliers absolument partout, des cours d’eau et irrigations (il faut dire que c’est la saison des pluies en ce moment, ce qui doit aider), et au loin les reliefs volcaniques plus ou mois abruptes.

A heures régulières, les innombrables mosquées réparties sur le territoire, remplissent l’espace sonore de chants religieux, rythmant ainsi les journées. En ville comme à la campagne, il n’y a pas un endroit qui ne soit pas à portée d’oreille d’une mosquée (même à 4h du matin !).

Nous continuons notre route jusqu’à Bandung, puis Cirebon, faisant étape quelques jours à chaque fois, pour explorer les environs et profiter de la gastronomie locale, qui bien qu’épicée, révèles des surprises inattendues.

 

SInges au lac

Singes du lac

paysage

panorama temple ancien

cascade

vue d'une ville

La suite de l’Indonésie dans le prochain article…

Chiang Mai et le nord ouest

Je met les voiles sur Chiang Mai, le 24 novembre, en empruntant le train de nuit, plutôt populaire, mais très long. En début d’après-midi, le 25 novembre, j’arrive dans la deuxième ville de Thaïlande, et la première chose à faire est de trouver à manger. Plutôt aisé ! Je m’installe au premier « restaurant » et on me sert une belle assiette pour à peine 35 bahts, soit moins d’un euro. Je crois que je vais aimer cette ville !

Premier repas à Chiang Mai

Quelques jours de préparation pour un petit tour de quatre jours au bord de la frontière avec Myanmar, en compagnie de Theia, rencontrée sur internet pour partager les frais de voyage. Theia étant dans son propre pays, autant dire que j’ai accepté son programme sans réfléchir, vu les coins qu’elle avait prévue de visiter.

 

A bord de notre Toyota louée, nous parcourons les belles routes sinueuses à travers la campagne, nous arrêtant dans des lieux plutôt intéressants parmi lesquels :

Le canyon près de la ville de Pai.

Canyon Pai

Une grotte qui se visite en empruntant un radeau sur la rivière sous-terraine, et guidée par une mamie à la lampe à pétrole.

Grotte nord

Nuit dans une cahute traditionnelle au bord d’un lac artificiel.

Lac nord

Cabane lac

Le lendemain, passage dans un village d’origine chinoise, aux vendeurs de succulents thés.

Village chinois

Village chinois lac

Visite d’un temple bouddhiste.

Temple nord

Puis arrivée à la colline aux fleurs jaunes pour y passer la nuit, après un arrêt près d’une cascade. Le bungalow où nous dormons, sur pilotis, donne sur la vallée : vue garantie.

Le matin, réveil aux alentours de quatre heures, pour sauter dans un pick-up, se faire emmener à un point de vue en haut de la colline, et apprécier le lever du soleil à la fraiche.

Cabane sunflower hill

Panorama sunflower hill

Ensuite, petite marche au milieu des fameuses fleurs de la colline, qui viennent tout juste de s’ouvrir.

Sunflower hill 01

Sunflower hill 02

Après quelques jours de plus, et pas mal d’heures de route, retour à Chiang Mai. Une semaine de repos prévue dans cette ville, où il est tellement plaisant de manger au marché de nuit en testant toutes les étales de street food, et simplement de se balader dans les rues de la vieille ville. Retour à Bangkok le 6 décembre en prévision du départ en Indonésie…

Repos à Chiang Mai

 

 

De Singapour à Bangkok, en passant par Genting

Je quitte Singapour le 7 novembre dans la nuit, en compagnie de Jason et Jasmine, prenant un bus qui nous emmène à Genting, une ville dans les hauteurs de Kuala Lumpur (2000 mètres d’altitude tout de même).

De là-haut, et lorsque le ciel se dégage, on aperçoit la ville de Kuala Lumpur au loin, mais de là, même les tours Petronas semblent minuscules.

Cable car genting

Vue sur Kuala Lumpur de nuit

 

Genting est en fait une station de divertissement, construite autour de casinos et d’hotels. Ici, tout est fait pour dépenser, du bowling au cinéma en passant par la salle d’arcade ! Pas l’idéal quand on a un budget à tenir, mais tout de même intéressant de s’y trouver en bonne compagnie, cet endroit étant plutôt ignoré du tourisme occidental.

Genting

Panorama salle de jeu

Retour à Kuala Lumpur le 9 novembre, juste quelques jours, puis retour à Bangkok le 11 pour y rester quelque temps et prévoir la suite (il y a de l’Indonésie en prévision…).

J’en profite pour découvrir d’autres quartiers de Bangkok, la ville étant si étendue et si diversifiée, et puis aussi pour me relaxer au bord de ma piscine sur le toit 😉

Temple à Bangkok

Echoppe de rue

Panorama piscine sur le toit

Moi au bord de la piscine

 

Singapour

A Singapour pour trois jours, du 5 au 7 novembre. La vie est plutôt chère ici, mais certains quartiers valent vraiment le coup d’oeil en matière d’architecture moderne, tandis que d’autres sont plus ancrés dans les traditions chino-indo-malaise. C’est ce mélange qui, à mon gout, rend la ville intéressante.

Marina Bay

Marina Bay Sands

parc Singapour

Boudha

Bak Kut Teh

Temple indien

 

Kuala Lumpur

Je suis arrivé, le 31 octobre au petit matin, à la gare de Sentral Kuala Lumpur.

Bizarrement, difficile de rejoindre le quartier Chinatown (là où se trouvent la majorité des auberges pas chère) à pieds depuis la gare, bien que celui-ci se trouve à coté à priori. Les seules routes les reliants sont en fait des voies rapides presque dépourvues de trottoirs. J’ai finalement du faire un détour important.

Le centre ville de Kuala Lumpur n’est finalement pas très grand, comparé à la massivité des multiples tours qui le compose.

La ville est très moderne, et la population plutôt aisée, mais on y trouve tout de même de quoi manger pour juste un peu plus d’un euro. Tout ça en étant au centre du carrefour culturel de l’Asie.

La chambre que je loue n’est pas chère, mais difficile de faire plus petit (on ne peut pas tout avoir !). Quatre nuit ici me semble bien, avant de continuer ma route vers Singapour.

 

Tours Petronas

Panorama Kuala Lumpur

Vue de la terrasse

Chambre minuscule

Départ pour la Malaisie et escale à Penang

Une petite nuit dans le train, un arrêt à la frontière à la gare de Padang Besar pour les formalités administratives, et me voilà arrivé à Butterworth, en Malaisie, la ville côtière située en face de l’île de Penang. En descendant du train, il n’y a qu’à suivre les autres passagers qui se dirigent tous vers le ferry qui nous dépose au port de Georgetown, la deuxième plus grosse ville du pays, quelques minutes plus tard.

Je n’avais pas spécialement prévu de faire un arrêt dans cette ville (pourtant, elle mérite le coup d’oeil), mais c’est un arrêt parfait entre deux trains de nuit pour rejoindre Kuala Lumpur, la capitale. J’en profite pour découvrir la cuisine malaisienne, et plus globalement la culture, mélange entre Inde, Chine, Thaïlande.

Le 30 octobre, après quatre jours passés ici, je repars sur le continent vers Kuala Lumpur, de nouveau en train de nuit.

Train couchette

Passeport tamponné

Batiment Georgetown

Petit temple Georgetown

Tour Komtar

La côte de Penang

Une petite plage deserte

Plongée à Koh Tao

Quoi de mieux que d’apprendre à plonger dans l’un des plus beaux endroits du monde ? Et si en plus c’est l’un des endroits les moins chers pour obtenir la licence ?

J’ai donc décidé de passer quatre jours à Koh Tao, littéralement « aménagée pour la plongée ». Cette île héberge plus de quarante écoles de plongée, et on y voit partout des bateaux équipés de bouteilles d’air.

La formation dure trois jours et comporte une partie théorique et cinq plongée, les premières avec des exercices pour s’habituer à respirer sous l’eau.

Les fonds marins dans les différents spots de Koh Tao sont formidables et, comme notre petit groupe était très motivé, nous en avons profité pleinement (avec même une petite séance avec un photographe) ! J’en garde des images et des sensations très fortes, comme dans un autre monde.

Maintenant certifié « open water », je peux plonger à peu près n’importe où dans le monde ; et ça, c’est plutôt pas mal !

Bateaux de plongée

 

 

Cours open water

Le groupe de plongée

magnifique plongée

Des beaux poissons

Je prend la pose

Le 26 octobre, j’ai repris un ferry pour quitter l’île et me rendre à la gare de Chumphon. Une longue nuit de train m’attend pour rejoindre la Malaisie (mon autorisation de séjour en thailande va bientôt expirer, et c’est aussi l’occasion de me rendre à Singapour par la voie terrestre).

Ferry